Menu | Contenu | Retour | Actualités | Progression | Rechercher | Pied de page | Accessibilité | Plan du site | Accueil
                                                               
                                                               
| Accueil | Contacts | Horaires | Plan du site |
Intention du Pape (octobre 2017)
Universelle :
Pour le monde du travail afin que le respect et la sauvegarde des droits soient assurés à tous et que soient donnée aux chômeurs la possibilité de contribuer à l’édification du bien commun.
Saint André de l’Europe
24 Bis rue de saint-Pétersbourg
75008 PARIS
Tél : 01 44 70 79 00
Fax : 09 57 84 35 08
INFO LETTRE
pour suivre les activités de la paroisse

  • Site Sitio.guide : site d’accompagnement humain mis en place par le diocèse de Paris.
    Le Père jésuite Raphaël BAZEBIZONZA nous introduit à la médiation avec les lectures du 28ème Dimanche du Temps Ordinaire. « Si je sais que je vis parce que, de toute éternité, Dieu veut que j’existe, et qu’il me convie à avoir part, dès aujourd’hui, à sa joie, alors tout, dans ma vie quotidienne, prendra sens et valeur. »

    Dernières publications


    Agenda

    ««  2017  »»
    ««  Octobre  »»

    Aujourd'hui

    LuMaMeJeVeSaDi
    2526272829301
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    303112345
    Événements prochains ou récents
    Diminuer la taille des caractères Augmenter la taille des caractères Imprimer la page
    Accueil « Édito du dimanche « Edito du 15 octobre 2017

    Edito du 15 octobre 2017

    Épousés par le Christ ?

    Que venons-nous faire à la messe ? A en croire les paroles prononcées par le prêtre présentant l’hostie consacrée à l’assemblée – « heureux les invités au festin des noces de l’agneau » - nous sommes conviés à un mariage. Qui sont les heureux mariés ? « L’agneau de Dieu » désigne sans hésiter le Christ. C’est ainsi que le prophète Jean Baptiste le nomme en plusieurs occasions. Rassurez-vous, il n’y a là aucun scoop sulfureux du genre de ceux que le romancier Dan Brown crût révéler : le Christ aurait épousé secrètement Marie Madeleine… Ces fadaises ne résistent pas à une réalité tellement plus belle et profonde. Si le Christ est l’époux promis aux noces, qui donc est l’heureuse élue ? « Le Christ a aimé l’Église et s’est livré pour elle » nous dit Saint Paul. « Il s’est livré pour elle ; il voulait la rendre sainte en la purifiant par le bain du baptême et la Parole de vie ; il voulait se la présenter à lui-même, cette Église, resplendissante, sans tache, ni ride, ni aucun défaut ». L’Église est celle qui a été plongée dans les eaux du baptême et nous y a plongés avec elle : l’Église. Ne nous y trompons pas : l’Église c’est nous. N’avons-nous pas revêtu la robe blanche et nuptiale au jour de notre baptême ? Et n’est-ce pas chacun d’entre nous qui sommes conviés à recevoir le corps de l’époux qui se donne en son eucharistie ? Ces noces, ce sont donc celle du Christ et de chacun d’entre nous. Quelle sur- prise ! Nous sommes conviés à des noces et nous découvrons en y arrivant que l’épouse n’est autre que nous ! A ces noces, les anges et les saints du Ciel ont eux-mêmes dressé la table. Si heureux d’être témoins d’une telle fête. Si heureux de célébrer l’amour dont nous sommes aimés par le Christ, notre époux.

    Abbé Philippe de Maistre, Curé.

    Pour tous les goûts

    Êtes-vous déjà allé à Rome ? Si oui, vous souvenez-vous de votre arrivée sur la place Saint Pierre, au cœur de la célèbre colonnade du Bernin ? Ces deux bras de pierre ouverts tels ceux d’une mère accueillant ses enfants. Oui, l’Église est une mère. Et comme toute mère, elle aime à réunir ses enfants. Elle les veut tous autour d’elle. A commencer par les plus petits : nous autres, enfants de la terre – « Église pérégrinante » selon l’expression traditionnelle - en route vers le Ciel. Mais aussi les plus grands, nos ainés déjà parvenus au terme du voyage – « Église triomphante » : les saints glorifiés au Ciel que le Bernin a représentés en statues de pierres juchées entre ciel et terre, au sommet de chacune des colonnes qui enserrent la place Saint Pierre. Certaines de ces statues fixent le ciel, d’autres se penchent avec sollicitude vers les pauvres pèlerins qui se pressent en bas sur la place, les encourageant à élever leurs regards. Le mois d’octobre est étonnant. Comme à Saint Pierre de Rome, il nous fait le- ver les yeux vers le ciel. Comme si l’Église voulait encourager ses enfants à hâ- ter leur marche à la rencontre des innombrables saints du Ciel. Il s’ouvre par la fête de celle que certains ont nommée « la plus grande sainte des temps mo- dernes » : Thérèse de Lisieux. Puis vient le poverello, Saint François d’Assise le 4 octobre… Si l’on faisait un sondage parmi les chrétiens pour désigner les saints les plus populaires au monde, ces deux-là seraient sur le podium à coup sûr. Mais les autres jours du mois ne sont pas en reste : Saint Bruno, le 6 octobre, Sainte Thérèse d’Avila, le 15, Sainte Faustine ou encore Saint Jean Paul II… J’en passe et non des moindres. Un véritable tourbillon de sainteté. Sans oublier les saints archanges qui avaient ouvert le bal le 29 septembre, suivis de près dans leur danse par les anges gardiens, le 2 octobre. er Oui, le mois d’octobre est le mois des saints. Il culminera le 1 novembre dans la fête qui les récapitule tous : la Toussaint qui nous fait célébrer la foule innombrable des saints anonymes connus de Dieu seul. Il y en a pour tous les goûts, pour tous les styles. Et au sein de cette grande famille, il y a des complicités. Pour ma part, j’ai une tendresse particulière pour Saint Philippe Neri et pour Maximilien Kolbe. En tant d’occasions, ils m’ont jeté du Ciel des « clins Dieu » qui m’ont encouragé. Et vous, quels sont vos préférés parmi cette foule innombrable et bariolée ? Cette question est d’importance car ceux que vous affectionnez sont en réalité ceux qui vous ont choisi pour suivre leur chemin. Alors remerciez-les, célébrez- les, honorez-les comme il se doit.
    Bon mois d’octobre !

    Philippe de Maistre, curé

     

    Copyright - Paroisse de Saint-André de l’Europe- 2014